Quand les courses entre voisins créent du lien #1

S’il y a bien quelque chose qui nous porte chaque jour chez Courseur, ce sont les histoires de solidarité entre nos utilisateurs et utilisatrices. Ces rencontres humaines inter-générationnelles qui se construisent grâce à notre service de courses entre voisins. Nous avons décidé de les partager avec vous. Voici donc la saga Quand les courses entre voisins créent du lien. Premier portraits croisés avec Thibault et Anita.

C’est au tour d’Anita d’être aidée

À l’origine, il ne fut pas évident pour Anita de faire appel à Courseur. Cette ancienne femme au foyer, aux enfants désormais adultes et mêmes parents, qui a l’accent de Bayonne léger et la pudeur chevillée au corps, n’envisageait pas de faire appel à autrui pour quoi que ce soit. Toute sa vie, elle a plutôt aidé les autres, sans rien attendre en retour. Elle a élevé une enfant en situation de handicap pour la sortir des foyers de la DDASS. Elle a toujours accompagné sa mère non-voyante et suivi son époux dans la banlieue parisienne. Enfin, elle a épaulé des personnes âgées.

Aujourd’hui, c’est elle qui se trouve en situation de dépendance. Cette amoureuse viscérale du Pays-Basque, (« le pays », comme elle l’appelle tout simplement) a peu à peu éprouvé des difficultés grandissantes à agir en autonomie. « Je ne peux pas porter de poids, pas trop me déplacer », confie-t-elle en refusant d’en dire plus. Comment faire dans ces cas-là pour se faire livrer ses courses à domicile ? Ses enfants ne sont pas loin mais, parents à leur tour et au beau milieu de leur vie professionnelle, il leur est de plus en plus difficile de se rendre disponibles. C’est d’ailleurs le cas de beaucoup d’aidants en France.

C’est sa sœur qui a découvert Courseur « par un entrefilet dans le magazine promotionnel de Leader Price » (le premier partenaire de l’application qui propose aujourd’hui le service dans 73 magasins un peu partout en France, ndlr). La démarche de se faire livrer des courses par quelqu’un qu’elle ne connaissait pas lui a paru curieuse, intrigante. Lui a fait un peu peur aussi. Et puis, elle n’était pas familière d’Internet. C’est sa petite-fille qui est finalement venue chez elle équipée d’une tablette, un accessoire dont elle est désormais équipée, pour passer sa première commande. À l’autre bout de l’application, Thibault l’a acceptée et est ainsi devenu courseur pour la première fois.

Entraide et solidarité intergénérationnelle

Et c’est ainsi que Thibault rencontra Anita. Nous n’avions pas prévu qu’ils partageraient autant de choses personnelles. Ainsi qu’un amour certain pour la région du Pays-Basque, où il est né, grandi et vit toujours. Et une générosité pratiquée au quotidien. Il est par exemple investi au conseil municipal de son village pour la défense de la nature et des producteurs locaux. Cette préoccupation pour l’environnement et les rapports humains est d’ailleurs à l’origine de sa démarche. Question de génération, il est naturellement plus familier des nouvelles technologies (il trouve l’application « très bien faite et fonctionnelle », ce qui nous ferait presque rougir !).

Quand Thibault raconte son expérience, il se souvient d’abord de son hésitation au passage en caisse —ce n’est pas habituel de ne pas régler ses courses (seulement dans les Leader Price pour l’instant, ndlr !). Puis d’avoir éprouvé, après avoir livré Anita « la sensation d’avoir vraiment aidé quelqu’un ». « Pour elle, ajoute-t-il, ça lui sauvait la vie. Je me sentais fier de moi. J’avais rendu service à quelqu’un. Même si j’avais été payé mais… j’avais été utile. J’étais content de moi ! [Rires]» C’est également l’expression qu’Anita a employé : « J’ai été sauvée ! », insiste-t-elle, en nous demandant de le faire savoir. On ne serait peut-être pas allé jusque-là nous-mêmes !

« On discute toujours quand je fais ma livraison », poursuit Thibault. « 5-10 minutes. De tout et rien, de mon travail, de sa vie… On ne s’étale jamais, mais… C’est une bonne personne, je trouve, et c’est chouette d’avoir ce contact humain. » « On est très bien entouré », renchérit Anita qui en est à sa dixième commande via Courseur. « On vous dit tout de suite que quelqu’un a accepté votre commande (soyons honnête, tous les courseurs ne répondent pas aussi vite que Thibault ), on vous prévient que vous allez être livré, même la personne téléphone avant d’arriver, moi je trouve que ça marche bien ! ».

L’entraide au cœur des valeurs de Courseur

Citation de Blaise Pascal Le plaisir des grands est de pouvoir faire des heureuxNous croyons fondamentalement que les personnes généreuses sont bien plus nombreuses que le cours du monde et les journaux télévisés ne le laissent entendre.

Blaise Pascal, Philosophe bien connu disait dans son ouvrage Pensées (et c’est une citation qui nous va bien à Courseur) :

« Le plaisir des grands est de pouvoir faire des heureux. »

Encore faut-il que celles et ceux qui aiment accompagner, et celles et ceux qui ont besoin de l’être, puissent se trouver… malgré leurs existences parfois trop remplies, justement parce qu’être de bonne volonté, ça occupe ! Espérons que beaucoup d’entre eux fassent connaissance et s’apprécient, ce qui commence à être le cas dans plusieurs régions de France…

En tout cas, c’est pour une de ces raisons que Courseur est né et que l’on continue ! Et vous, quelle est la découverte humaine qui vous attend au bout de l’application ?

Articles liés

Comment réduire les émissions de gaz à effet de serre lors de nos déplacements quotidiens ?

Dans son rapport « Décarboner la mobilité dans les zones de moyenne densité », The Shift Project a réfléchi à la manière…

Testez la livraison au Leader Price de Viriat grâce à Courseur

Comme nous vous l’avions annoncé, l’équipe de Courseur sera présente dans votre magasin Leader Price de Viriat à partir du…